FANDOM



(Mamina était la maman d’Esther, qui au nom de la morale chrétienne, fit tout son possible, ainsi que toute sa famille, pour que sa fille qui fut ma compagne volage pendant 5 ans, se sépare de moi. Ils ont réussi ! ) En me basant sur les textes de l'apôtre Paul tirés de ses épitres et des évangiles, j'ai mis en vers ma réponse à ses griefs :


    Si je parlais les langues des hommes et des anges,
    Et si j’avais le don de composer, je crois,
    Que j’écrirais pour vous un chant que les mésanges,
    Viendraient vous entonner tôt le matin parfois,
                     Mamina.
    Et si j’avais le don de prophétie, la science
    De tout ce qui se sait, de ce qui est caché,
    J’avoue qu’à tout cela, suivant mon expérience,
    J’aimerais mieux me voir votre ami que fâché,
                     Mamina.
    Si je distribuais mes biens aux malheureux,
    Et je livrais mon corps pour être brûlé vif,
    Que diriez-vous de moi, si trahissant mes vœux,
    Je reniais l’amour ? L’esprit serait pensif                      
                     Mamina ?
    Heureux les affligés, ils seront consolés,
    Et les pauvres en esprit le royaume est à eux,
    Heureux ceux qui sont doux, heureux les amoureux,
    Mais pour les délaissés, ceux qui sont désolés ?
                     Mamina ?
    On ne regrette pas le mal qu’on n’a pas fait, 
    Autant que tout le bien que l’on aurait pu faire,
    Il est souvent trop tard, si c’était à refaire,
    Se dit-on quelquefois ; serait-ce donc parfait ?
                     Mamina ? 
    Ah ! Comme vous savez bien remarquer la faille, 
    Dans ma vie et donner des conseils judicieux !
    Ah ! Si je les suivais, que je serais heureux,
    Et que j’envie votre œil qui chez moi voit la paille !
                     Mamina !
    Quand les yeux ne voient point et lorsque les oreilles,
    N’entendent pas ce que tout le monde comprend,
    Quand on approuve là, ce qu’ailleurs on défend :
    « Comment peux-tu juger, ô toi qui me conseilles ? « 
                     Mamina ?
    Celui qui est méchant, emprunte et ne rend pas,
    Le juste quant à lui, donne, est compatissant,
    Mais que pensez-vous de celui qui maudissant,
    La main qui l’a comblé, lui refuse un repas ?
                     Mamina ?
    Je n’ai pas comme vous cette grande sagesse,
    Qui fait que sur l’amour, la raison prend le pas,
    J’excuse et je crois tout possible hors du trépas,
    J’espère et j’ai la foi au fond de ma détresse !
                     Mamina !
    Ma mie n’a pas voulu que je reste son prince,
    Et j’ai là dans le cœur un mal qui me mina,
    Jésus est mon ami dit-on, mon ami n’a,
    Rien fait pour l’arrêter. J’ai une dent qui grince !
                     Mamina !
    L’apôtre a opposé la foi et l’espérance,
    Avec l’amour parfait faisant part de son choix,
    Ìl ne périt jamais. J’écouterai sa voix :
    L’amour est dan mon cœur et j’attendrai ma chance !
                     Mamina !






Périgueux 11/6 –15/6/87

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard